Grenoble Poker Pontois
Winamax
Annonces
Nouveau cycle
2019-2020
 Informations
Attention : aucune partie privée ne peut être proposée ici !
Casinos et cercles, voyages, etc.

Modérateur : GP Team

Avatar du membre
par Guts
#66279
Remarque : j'ouvre ce topic pour qu'éventuellement d'autres membres puissent également partager leur aventure WSOP 2019

Guts aux WSOP 2019 (J-3)

L'opportunité qui s'est offerte à moi cette année de participer au WSOP 2019, je la dois au club Grenoble Poker Pontois et à son partenaire Winamax :trinque: En m'emparant de l'un des 4 packages mis en jeu cette année, j'ai privé un autre joueur d'en bénéficier. Aussi, je me disais que ça pourrait être bien de partager un peu de mon aventure avec vous. Je ne sais pas si c'est le bon format, ou même s'il y aura un véritable intérêt à cet exercice, mais je me lance et je resterai à l'écoute de vos retours.

About me :
Faute d'avoir été très présents, en particulier cette année, j'imagine que certains ne me situent pas du tout. Je m'appelle Jean-François, 32 ans, aka Jeff, aka Guts sur le forum, ou GpThSnx sur Winamax. Je suis Grenoble depuis deux ans, inscrit au club dès mon arrivée et "retraité" du poker. J'entends par là que les années où je travaillais (véritablement) mon jeu, où je grindais online et où je furetais dans quelques tournois live, son désormais derrière moi. A vrai dire, j'ai dû mal à faire les choses à moitié. Du coup, lorsque je m'investis dans le poker, je ne peux m'empêcher d’être obsédé de bosser mon jeu ; ce qui pour rester compétitif implique un investissement continu et infini X/ . Surtout, j’ai alors tendance à me fixer (plus ou moins consciemment) des objectifs de performance, et le tout mêlé, ça fait que je ne prends pas vraiment de plaisir à jouer :SOS: . Comme je suis plus heureux avec moins de poker dans ma vie, bah je joue moins. Bref, peut-être que je sortirai de ma retraite un jour, mais - comme vous l'avez compris - dernièrement le poker n'a pas été en haut de mes priorités : je le vois comme une activité récréative lorsque l'agenda me le permet. Au club, ça se traduit par un intérêt pour les GPL, les week-ends où je suis disponible, et sinon bah vous ne me voyez pas :kgoule: .

Retour sur le package :
Là où j'ai eu beaucoup de réussite, c'est que - pour toutes les raisons précédentes - je ne devais pas participer au championnat en ligne. C'est un ami qui m'a mis le pied à l'étrier lors du premier tournoi, puis j'ai gagné le second, me donnant de bonnes raisons de tenter ma chance jusqu'au bout. Finalement, je n'ai pas pu prétendre aux deux premières places du championnat, et c'est seulement à l'issue de la grande finale que j'ai pu décrocher le package :boxing: :towel: . Un package qui fait rêver, il faut bien l'avouer; mais j'aurai tellement voulu qu'un 5e package ait existé pour notre feu président :triste2: .

Qu’est-ce ce que ce package inclus ? Eh bien, premièrement une enveloppe d’environ 2500€, prévoyant un buy-in de $1000 et 1 500€ d’argent de poche afin de se rendre à Las Vegas, de s’y loger et de se sustenter. C’est aussi, un package de goodies Winamax : une casquette (trop petite pour moi), un t-shirt et un sweat à capuche aux couleurs de notre sponsor. C’est enfin une prise en charge à l’aéroport (navette gratuite jusqu’à l’hôtel) et pour l’inscription aux WSOP.

Ma préparation logistique :
L’avantage de décrocher le package début janvier 2019, c’est que ça laisse du temps pour s’organiser. Question calendrier, bah mine de rien, lorsqu’il faut prévoir une gestion du jetlag et la participation à un tournoi qui peut durer 4-5 jours, on en a vite pour une bonne semaine. Le programme complet des WSOP a été rendu public fin janvier et c'est à ce moment là que j’ai enfin pu chercher à optimiser mon séjour. Bilan des courses, j’ai ciblé prioritairement l’event $1 500 Monsterstack qui, à ce niveau de buy-in, n’a pas son égal en termes de structure de jeu (50 000 jetons, round d’une heure), de popularité (+ de 6 000 joueurs) et de prizepool (+ de 8 millions de dollars l’an passé). Dans la foulée, je me suis laissé tenter par la perspective d’un $600 Championship (Freezout) et du $400 Colossus (Rebuy). Au total, mon séjour durera 11 nuits, dans le confort d’une chambre de 60 m² (pour seulement 70€/nuit). Pour le reste, j’appréhende un peu ce que je ferai sur place. Las Vegas je connais un peu, pour y avoir passé une après-midi, et bien que c’est un incroyable lieu de divertissement, ce n’est pas franchement un univers qui m’attire. Il n’est pas non plus toujours facile de manger sainement aux États-Unis... Je me suis rapproché d’autres joueurs, on verra bien une fois sur place comment je m’adapterai à la vie locale :poke:

Une préparation technique et mentale :
Autant j’ai mis le poker en retrait, autant je ne peux pas décemment participer aux WSOP en arrivant la fleur au fusil :lol2: . Au cours des 6 derniers mois, je me suis remis au boulot, joué un peu, mais surtout bossé le jeu. J’ai été rapidement surpris de constater à quel point mes références étaient devenues obsolètes. Les livres et les vidéos de coaching sur lesquels j’avais fait mes classes par le passé sont « has been ». Les vidéos de Poker Académie, auxquelles j’avais l’habitude de me fier, ne me semblent plus à niveau. Or, quand je bosse mon jeu, j’aime m’assurer de le faire correctement. Ma planche de salut, je l’ai trouvée dans un triptyque : un solver GTO (GTO+ en l’occurrence), les contenus anglo-saxons d’Upswing Poker (site de coaching de Doug Polk) et de Raise Your Edge (site de coaching de Bencb) :café: :café: :café: . Je n’ai bien entendu pas pu tout assimiler, sans compter que j’ai certes bossé mon jeu, mais finalement moins qu’il l’aurait sans doute fallu. Une chose est sûre, j’ai pris un sacré retard dans l’évolution de mon jeu, et je me réjouis déjà d’en avoir conscience.

Par ailleurs, j’ai « adoré » la masterclass de Bencb sur le mental :iggy: . Je suis quelqu’un d’humeur égale, pas franchement affecté par les bad beats, pourtant j’ai clairement des défaillances sur le plan mental et la première de toute, c’est que je dois prendre plaisir à jouer et ne pas me fixer des objectifs sources de frustration. Il n’est donc pas question pour moi d’aller jouer les WSOP dans l’optique de faire un itm, encore moins pour remporter un bracelet, j’y vais en espérant retrouver le plaisir du jeu, la satisfaction de comprendre ce qui se passe à la table, d’avoir le courage de suivre mes thinking process, et de là viendra peut-être la réussite…

Let’s play :bball: :
J’arrive sur place la nuit du 20 juin et mes WSOP débuteront le samedi 22 ! Si mon aventure vous intéresse, je tâcherai de la relater et de vous faire partager un peu ce voyage. Pour mon suivi ingame, je tâcherai de mettre à jour mon stack sur le coverage de Pokernews (ils ont une appli smartphone).

Au plaisir !
Modifié en dernier par Guts le mer. 19 juin 2019 00:09, modifié 1 fois.
par john
#66280
Super ton histoire ;)
GL en tt cas et pour ma part même si je ne te connais pas sa serais un plaisir de lire ton histoire :study: , donc continue :nickel:
Avatar du membre
par Guts
#66282
Merci, c'est cool :)
Avatar du membre
par Tuco_38
#66284
Bien écrit, bien structuré. Si ta préparation est sur le même process tu devrais faire quelque chose de ton séjour :D

En attendant la suite, bon vol jusqu'à Vegas :nickel:
par M_i_c_k_y
#66287
A défaut d'être dans la même salle de tournoi que toi, en train de jouer ou dans le rail, je te suivrais ici, avec attention!
GL et surtout: ENJOY !
Avatar du membre
par renard
#66290
Yes, tiens nous au courant !
Si t'a pas encore utilisé ton 'one time' ça peut être le bon moment ;)

Gros GL aux tables.
Avatar du membre
par MaximeB
#66293
Oui c'est très cool et très intéressant à suivre ! Et ça dynamise le forum ! Continue !!
Oublie pas les pics !!

:thanks:
Avatar du membre
par glop38
#66294
Go Go Guuuts ! A défaut de pouvoir prendre l'avion pour te rail en live je te suivrai online poto. Merci pour le partage ;)
Avatar du membre
par Utilt4ever
#66295
Super ce topic ! En te souhaitant de prendre beaucoup de plaisir, et accessoirement aussi un peu (voire beaucoup) de pognon. Je vais faire partie des groupies :pompom:
Avatar du membre
par Guts
#66297
Merci pour vos retours, c'est cool :(*) Je poursuis donc, avec cette fois des photos ;)

Guts aux WSOP 2019 (D-Day)

On the road to Vegas :

Pour se rendre à Las Vegas depuis Grenoble, à un bon prix, il ne m’a pas fallu trop compter les heures de transport : TGV jusqu’à Paris la veille, RER jusque chez des amis, RER jusqu’à l’aéroport, attentes de l’embarquement, avion jusqu’à Los Angeles, une grosse demi-heure de marche pour changer de hall, vol domestique jusqu’à Las Vegas, navette jusqu’à l’hôtel… :ronfl: Le plan du jour c’était de se caler rapidement sur l’heure locale à destination : ne pas se lever trop tôt le jeudi matin à Paris, ne pas dormir durant le vol, etc. :café:

Le plan ne s’est cependant pas tout à fait passé comme prévu. J’ai assez mal dormi dans le canapé-lit des amis qui m’hébergeaient : 7h du matin debout (soit 22 heures à Las Vegas). À l’aéroport, premier bad beat : un excès de poids de mes bagages, donc passage en soute obligatoire pour la modique somme de 80€ :lis-ca: . Je vous recommande quand même la compagnie low-cost, Norwegian, car elle dispose d’une flotte d’avions récents, bien équipés et où les grands comme moi trouvent de la place pour leurs jambes.

Image

Par contre, second bad beat, je n’avais pas fait attention (par habitude des repas gratuits sur les long-courriers), mais avec Norwegian il n’y a pas de repas d’inclus avec les billets premiers prix :sais-pas: . Du coup, je n’ai rien mangé ou presque pendant les 11 heures de vol. J’avoue que ça ne m’a pas trop posé problème, car j’avais toujours la possibilité de commander un repas, moyennant quelques dollars. Arrivé à Los Angeles, j’ai eu un passage record au contrôle frontière : en 15 min à peu près ; et good run, j’ai pu demander à changer gratuitement mes billets United pour prendre le vol qui partait 1h15 plus tôt :nickel: . Du coup, qui dit embarquement plus tôt, dit problème de synchronisation avec la navette aéroport affrétée par Winamax. Et là, pas moyen d’émettre le sms vers le numéro prévu par Wina en cas de changement. Heureusement, j’ai Googlisé le numéro, trouvé une adresse mail, et à mon arrivée j’ai bien pu être pris en charge comme prévu.

Il faut souligner que l’accompagnement de Winamax est au top :sun2: . À l’aéroport, c’est Thomas, un guide francophone local d’origine suisse qui m’a accueilli. Un confort bien appréciable il faut l’avouer. Et du coup, vu que je suis arrivé plus tôt que prévu à Las Vegas, Thomas me propose d’aller directement m’enregistrer pour les WSOP, et ainsi de m’éviter de m’y coller le lendemain matin à l’heure de pointe. Thomas m’emmène donc au Rio, me fait une rapide visite des lieux, et me fait profiter de l’avantage coupe-fil des joueurs « Winamax ».

[img]https://nsa40.casimages.com/img/2019/06/22[URL=https://www.casimages.com/i/190622023235928843.jpg.html][IMG]https://nsa40.casimages.com/img/2019/06/22/mini_190622023235928843.jpg[/img]

Ma carte de fidélité Caesars en main, mon ticket du $1500 Monsterstack édité, j’en profite pour buy-in le $600 dans la foulée. Au détour d’un couloir, j’aperçois Elky, mais pas d’autres têtes connues. En même temps, on ne s’est pas éternisé. Thomas m’a ensuite déposé à mon hôtel : le Tuscany Suites & Casino. Là, je suis un poil déçu par l’hôtel, qui fait daté et qui semble principalement fréquenté par des retraités… Le bon point, c’est la taille de la chambre, 60 m², c’est beau.

Image

Deux lits pour commencer, mais je devrais bientôt bouger vers une chambre avec un seul lit king size. Par contre, la chambre n’est pas très lumineuse, la déco pas ouf et il y a une petite odeur chimique que je ne saurais vous décrire. Une fois installé, et après avoir réglé 2-3 mails pros, j’éteins les lumières vers minuit, avec un réveil mis à 8 heures le lendemain matin. Mine de rien, c’est comme si j’avais fait une nuit blanche, puisque je me suis levé à l’équivalent de 22 heures, heure locale, puis je me suis finalement couché à minuit.

Premier jour à Las Vegas :

Une petite astuce anti-jetlag de Daniel Negreanu, himself, et scientifiquement prouvée : vu que notre horloge biologique est stimulée par les heures de repas, pour limiter le jetlag, il faut jeûner les 12 à 16h qui précède l’heure à laquelle on veut se lever sur place. Pour le coup, j’étais bien dans les clous, avec mon jeûne plus ou moins forcé dans l’avion Norwegian. Cela dit, je n’ai pas arrêté de me réveiller, dès 3 heures du matin (12h heure de Paris). Pas facile alors de se rendormir, et pourtant, j’avais de quoi être fatigué. Au final, j’ai dû me résoudre à me lever à 7 heures du matin…

Au programme, j’avais prévu d’aller m’acheter de quoi faire mes petits déjeuners pour les 10 prochains jours, de me mettre au soleil (toujours pour l’horloge biologique), et peut-être prendre un créneau pour bosser mon jeu si je n’étais pas trop claqué (optimiste lol). Programme une nouvelle fois chamboulé ! Finalement, j’ai commencé par un petit déjeuner américain en bonne compagnie (jugez plutôt :sun2: ).

Image

On a ensuite sillonné un peu le Strip, avant de retourner à nos QG respectifs. On était un peu des zombies, il faut dire |O . J’espère que demain, on sera en forme, sinon ça craint pour le Monsterstack. J’ai finalement été faire mes courses dans un Whole Foods en fin d’après-midi, mais pour ce faire j’ai dû m’éloigner (en bus) du Strip et de sa malbouffe.
Pour conclure la soirée, on a mangé de nouveau ensemble avec Blacksad. J’espère que demain nous sourira :5:

Image
par M0rgan
#66298
Salut Guts,

Sympa ton topic ! Agréable à lire :nickel:
Bonne chance à tous les GP qui se trouvent en ce moment même à Vegas.
Enjoy :sun2:
Avatar du membre
par prop38
#66299
que de bons souvenirs....7

GL profite un max et continu si possible ton récit....
Avatar du membre
par Guts
#66304
Guts aux WSOP 2019 (Monsterstack Day1B) :

Remarque : le Day1B est terminé, mais je ne vais pas vous spoil de suite sur l’issue de cette journée :popcorn:

L’avant-scène :

L’horloge biologique est quand même fascinante et flippante. On était 3 français à nous raconter la même nuit, à savoir : on se couche vers minuit et on se réveille frais comme des gardons (pas pour de vrai, mais bien réveillé quoi) aux alentours de 3h du matin :bounce: . J’ai bien essayé de me rendormir. Je me réveillais tous les 30/45 min. J’hallucinais quand je regardais l’heure et que je voyais qu’on était toujours au milieu de la nuit. Moralité : l’horloge biologique en fichtrement rien à faire que t’es fait une nuit blanche ou autre :cg: … Tant bien que mal, j’ai essayé de dormir jusqu’à environ 6 heures du matin.

Le tournoi débutant à 10h, mon hôtel étant à 30 bonnes minutes à pied du Rio, j’avais en tête de prendre mon petit déjeuner dans ma chambre, aller au centre de fitness de l’hôtel, me doucher, méditer 10-15 min, relire posément mes notes d’avant-tournoi, puis de me rendre à pied au Rio…et, une nouvelle fois, programme a été chamboulé. Tout s’est passé comme prévu jusqu’à la douche. J’ai alors reçu un message What’s App d’un gars du Club Poker qui est dans le même hôtel que moi et qui proposait un départ groupé à bord de sa voiture de location. L’occasion était trop belle. Tant pis, pour la méditation :jap:

À notre arrivée au Rio (10 min en avance), c’est l’effervescence :sx: . On se croirait rentré dans la TV, dans un décor d’épisode de dans la tête d’un pro… La salle où nous jouons est immense. Imaginez-vous bien, il y a eu 6 035 joueurs sur la somme des deux Day1, du coup il y a eu chaque jour 300 tables d’ouvertes ! Ce n’est pas une légende : il fait vraiment froid avec la clim. En parallèle du tournoi, il y avait une animation d’e-gaming où des top players s’affrontaient en Football américain, assez bruyante par moment.

L’entrée en matière :
Mon ticket indiquait table 140 siège 2. Au début, nous n’étions que 4. 3 Américains et moi. Difficile de jauger leur niveau. Il tenaient leur pokerface. Petit à petit la table s’est remplie pour atteindre les 10 joueurs. Je me suis surpris à ne pas être très à l’aise à la table. Je ne pense pas que ça soit en rapport avec l’enjeu que peut représenter un tel tournoi. J’en ai joué d’autres de buy-in équivalent. Après, un $1500 des WSOP, ce n’est pas pareil, il faut dire. Je n’en jouerais peut-être jamais d’autres, la structure est magnifique, le nombre de joueurs indécent, et le prizepool rêveur. Peut-être cela avait-il sinon à voir avec mon manque de références récentes ?... Mon dernier tournoi live remonte au premier GPL de 2019, en janvier je crois, et mon dernier tournoi à buy-in date de plus d’un an. Difficile alors d’avoir des certitudes dans son jeu, sa discipline à table ou son endurance.

Mes objectifs étaient les suivants : prendre du plaisir à jouer, être patient et solide mentalement, ne pas manquer de courage dans l’exécution et être bien focus à ce qui se passe à la table.

Tout d’abord, j’ai été très content de mon jeu préflop. Cela paraît con, c’est le ba-ba, mais quand on joue 11h d’affilé dans une même journée, avec des passages à vide (en termes de carte ou de capacité de concentration), on a tôt fait de jouer des mains que l'on n'aurait pas dû. J’ai pris alors conscience de l’efficacité de mon travail de ces 6 derniers mois sur les ranges préflop, car même quand j’étais crevé en fin de journée, toutes mes décisions préflop m’apparaissaient facile à prendre. Et là je ne parle pas de réfléchir en binaire, type open ou fold, mais de toute la diversité du jeu préflop et des ranges dynamiques (selon la position, selon villain, avec le plan de jeu qui va suivre de type open-call, open-fold, open-3bet, flatcall ip ou oop, etc.). Par exemple, j’ai pris un spot de cold 4bet à un moment où j’étais crevé, parce que sans effort, je savais que mon A5s était une main candidate au 4bet bluff (en général), et qu’il me suffisait alors de mettre ma lucidité restante dans l’analyse du spot et des protagonistes pour décider si oui ou non c'était opportun. En l’occurrence, tous les joueurs étaient 100BB+ deep, il s’agissait d’un open MP d’un joueur qui ne s’était pas montré tight, 3bet par le Hij qui l’avait déjà beaucoup fait précédemment. De mon côté, je disposais (a priori) d’une très bonne image (ancien chipleader de la table, solide, pas d’erreurs grossières) et je n’avais pas joué un coup depuis une heure lol

Pour en revenir à nos moutons, le début de tournoi c’est super bien passé. J’ai monté assez rapidement à 70k (50k au départ), avec un pic à 93k je crois, m’offrant soit le chiplead soit le top3 de ma table, pendant presque tout le Day1. Au diner break (mi-journée), j’étais annoncé 38e du chipcount documenté sur wsop.com.

Image

On peut dire que j’ai run good, mais pas dans le sens habituel du terme : en plus de 10 heures de jeu, je n’ai pas hit grand-chose, j’y reviendrai, mais par contre j’ai eu beaucoup de réussites dans les bluffs que j’ai entrepris. Ce que j’ai tenté, c’est pour ainsi dire toujours passé, et quand j’ai multi-barrel, il y avait les bonnes scary card pour continuer. Les coups étaient diversifiés : 4bet bluff, 3-barrel bluff, c/r bluff au flop, donkbet, bluffcatch, etc. Dans l’absolu, je suis satisfait, moins de la réussite de tous ces coups (il est toujours difficile d’apprécier si j’avais toujours raison ou pas), mais d’avoir eu le courage de les exécuter dans une épreuve comme le $1500 Monsterstack. Blacksad m’avait dit la veille, à raison, que sur ce type de tournoi low buy-in (pour les WSOP), il ne faut pas s’enferrer dans des bluffs compliqués, car il est suffisamment facile de monter des jetons en pure value. En même temps, je ne peux me renier. S’il y a une bonne line de bluff qui s’offre à moi, je ne vais pas la refuser, sauf bien sûr si je pense que villain n’a pas le bon profil mais alors c’est qu’à la base ce n’est pas une bonne line de bluff ;)

Image

Bref, si la première moitié de la journée c’est bien passé, que j’ai monté un stack et eu de la réussite dans ce que j’ai entrepris, la deuxième moitié de journée a été très sèche. J’ai fold, fold et encore fold. Croyez bien que ce n’est pas mon genre d’overfold, mais quand les cartes ne sont pas là, ou bien trop faibles pour entrer dans spots ouverts ou 3bet, on fold et puis c’est tout. Ce n’était pas très fun c’est vrai, par contre j’ai pu mettre à l’épreuve mon endurance et ma discipline. Alors qu’au diner break j’avais dans les 90k, et que je n’ai rien hit dans la seconde partie de journée, j’ai réussi à me maintenir aux alentours des 90k, avec par exemple des coups comme le cold 4bet bluff évoqué précédemment. J’ai grind comme disent souvent abusivement les joueurs de poker ^^

Je n’ai pas particulièrement mal vécu cette période de disette, bien que j’enviais ceux qui avaient depuis monté des jetons : je n’avais plus qu’un tapis médian à la table. Il faut dire que sur un tournoi de 4 jours, aussi deep (j’étais à 70BB deep au pire de la journée, enfin avant les deux derniers niveaux), ce qui compte c’est d’avoir les jetons devant soit au dernier jour. Les chipleaders des Day1 sont rarement à l’honneur jusqu’à la fin du tournoi…

Bref, j’ai dit que je n’avais pas particulièrement touché au cours de la journée. Figurez-vous qu’au cours des deux derniers niveaux de la journée, j’ai enfin hit :sx: , mais c’est aussi ce qui a entraîné ma chute :suicide: . La main clé.
Je découvre 77 de BB, que je défends vs un open en début de parole (joueur tight agressif de niveau moyen) et un flat du bouton (le joueur bien fishy de la table, collant et du genre à miser ou relancer des mains de force moyenne). Vu que je n’avais rien vu depuis le diner break, j’appelais ce 7 au flop et bingo ! Flop : 7dKdJd. Je check et tout le monde check à son tour. Turn : As. Je lead 60% pot, fold de l’open raiser et call du bouton fishy. River : Kh. Je bet 19k dans 32k. Villain relance à 50k. Contre ce profil, je m’attends à ce qu’il puisse me relancer ici avec n’importe quel Kx et éventuellement Adxd. J’exclus AK dans son range car il a 3bet pf facilement par le passé et c’est une belle main à 3bet au bouton. J’exclus aussi la majorité du temps KJ qui sont censés bet flop en value protection, en particulier vu que villain ferme l’action au bouton, et que le relanceur initial n’a pas cbet. Bref, j’y ai vu un call sans trop d’hésitation…mais villain avait KJ ! J’ai débuté ce coup 70bb deep, j’ai bien cru, au moment où j’ai lead river, que ça allait être joli pot pour moi, mais non, je termine avec 10 malheureuses BB.

Cette main était la toute dernière du 10e niveau, je suis alors parti en pause 20 min, avec un mélange de satisfaction et d’amertume. J’étais plutôt content de mon niveau de jeu, mais ce dernier coup a compromis mon avancée dans le tournoi. Au retour de la pose, j’avais mon plan de jeu, mes ranges d’open-shove en tête. J’en ai passé quelques-uns. Survient alors cette main. J’ai 14bb deep et je découvre Kc7c au CO. Avec cette profondeur, mon range est un peu plus dynamique qu’avec 10BB, j’ai notamment des mains d’open-fold et d’open-call. K7s est une bonne main pour d’open fold au CO. Le BU flat ainsi que la BB. Flop : Tc9c4h. Il y a 7BB au pot et 12BB devant moi. Ce n’est pas une main avec laquelle je veux bet-call ou check-call. La BB check, je push, le BU paie avec AA en main. Turn : Ac, me donnant la flush. River : Th, donnant le full à villain. Busto

Revue des objectifs du Day1B :

Ai-je été patient et solide mentalement ? Oui je le pense. Ai-je fait preuve de courage pour suivre mon thinking process et mettre à l’exécution mes plans de jeu ? Clairement, oui. Ai-je été bien focus à la table ? Pas à hauteur de ce que j’aimerais. J’ai bien repéré des tendances chez les joueurs, pris acte de quelques abattages, repéré un tell qui marchait bien sur un joueur, mais tout ça était trop clairsemé. Même dans mon thinking process, j’aimerai qu’ingame j’aille plus loin dans mon raisonnement, que ça soit plus fluide, mais je crois que sur ce point, c’est le manque de travail qui pèche. Ai-je pris du plaisir à jouer ? C’est un peu la déception. Je ne peux pas franchement dire, oui. J’ai vécu une émotion qui n’est pas nouvelle. Quand j’ai bust, j’ai ressenti du soulagement. Maintenir sa concentration et sa discipline pendant des heures, c’est usant et stressant. Une fois éliminé, ça redescend, ce n’est pas désagréable. Bien sûr, j’éprouve une certaine satisfaction sur mon jeu, mais c’est moins une satisfaction dans le feu de l’action et dictée par des émotions, qu’une relecture à froid et a posteriori. Mais pourquoi n’ai-je pas de plaisir !? Fais chier !

La suite du GP à Las Vegas :

L’autre mauvaise nouvelle c’est que Blacksad s’est aussi fait éliminer au Day1B, une histoire de New-York Back Raise avec AKs qui rencontre QQ. La bonne nouvelle, c’est qu’on est encore sur place pour participer à d’autres events. Aujourd’hui, Blacksad fait un tournoi en marge dans un casino. Moi, je vais rester tranquille et plutôt miser sur le cash game pour occuper le temps d’ici mon prochain RDV : le $600 Championship de mardi. Les effets du jetlag devraient avoir complètement disparus. On va y croire et espérer que la réussite nous sourira, non pas sur une demi-journée, mais sur deux jours et une TF, non ?
Modifié en dernier par Guts le lun. 24 juin 2019 20:05, modifié 1 fois.
Avatar du membre
par Tuco_38
#66305
Dommage d'avoir traversé ce désert de carte et de ne pas s'en être sorti... /(
Espérons qu'en CG tu sois mieux et que tu prennes enfin ton pied. :sx:
Mais excellent ce topic! Merci Guts.
Avatar du membre
par El_Weaky
#66308
Merci pour ces récits Jeff!
Sicko de devoir laisser autant de plumes sur le plus gros coup de la journée, complètement d’accord avec ton analyse btw, il est très peu censé avoir KJ

Gogogo pour la suite!
Grenoble Poker Pontois
Winamax